Urban Linker
Vous cherchez un talent ? Choisir ce profil
Profil marketing - com
Profil marketing - com
Heros du marketing
Profil technique
Profil technique
Ninja du code
Profil creatif
Profil creatif
Creatif de l'espace
Profil commercial
Profil commercial
Champion des ventes
Tous profils
Tous profils
Identite secrete

Comment répondre aux questions casse-têtes en entretien

Combien pèse un bus ? Combien de personnes sont actuellement en ligne en Allemagne ? Combien de fenêtres y a-t-il à New York City ? Et plus important encore : Comment suis-je censé(e) répondre à ça ?! La réponse en 9 étapes.

23.05.2018

Intro

« Combien pèse un bus ? »
« Combien de personnes sont actuellement en ligne en Allemagne ? »
« Combien de fenêtres y a-t-il à New York City ? »
Et plus important encore : « Comment suis-je censé(e) répondre à ça ?! »
 
Si tu es pris(e) en entretien pour un poste tech, tu as de grandes chances de passer par la case « brain teaser » à un moment ou un autre du processus de recrutement. Et lorsque c’est le cas, le mieux est tout de même d’éviter de bafouiller un pauvre « Euh, j’en sais rien… ». N’est-ce pas ?

Pour te permettre de tacler n’importe quel casse-tête qui croisera ton chemin, voici les 9 étapes à suivre :

Analyse ce que recherche le recruteur

Ne va pas croire que ce genre de test fonctionne à la façon d’un QCM, où une seule réponse serait la bonne. Essaie plutôt de l’appréhender en te plaçant du point de vue du recruteur. Il/Elle doit trouver une personne qui peut performer dans ce poste (pas forcément quelqu’un qui sait compter les fenêtres…). La vraie question derrière ce casse-tête est de savoir si tu peux gérer les aléas d’un job tech de fou, à savoir :
 
  • Faire face à l’incertitude
  • Penser de façon analytique
  • Arriver à communiquer clairement

Ta première étape est donc de prendre une grande inspiration, et de te rappeler que tu dois ici démontrer que tu es curieux/se, que tu sais réfléchir et analyser un problème de façon logique, et que tu peux par la suite communiquer ton chemin de pensée à ton auditoire. Le but n’est donc vraiment pas de trouver le résultat parfait. C’est parti.

Eclaircis la question

Pour montrer ton côté curieux, commence par poser quelques questions (ça te permettra en plus d’avoir plus de matière). Par exemple, si tu es tombé(e) sur la question du nombre de fenêtres à NYC, tu peux commencer par poser la question suivante :

« Lorsque vous parlez de fenêtres, vous voulez dire : les fenêtres d’immeubles, ou vous incluez aussi les métro, ordinateurs, et les vivariums du Zoo du Bronx ? »

En plus de montrer ta curiosité, cette question peut aussi t'éviter plusieurs minutes d’angoisse : lorsque tu réalises que le recruteur parlait seulement des fenêtres d’immeubles, la question devient soudain beaucoup plus simple.

Prends ton temps

OK, il est très (très) tentant de te lancer dès que possible dans tes calculs ; mais résiste ! (prouve que tu… oups pardon). Très peu de gens sur Terre sont capables de rédiger une dissertation et de la lire en même temps à haute voix… Eh bien, c’est un peu la même chose qui t’arriverait si tu essayais de répondre à la question immédiatement. Alors au lieu de te foncer tête baissée, demande quelques minutes à ton interlocuteur pour décortiquer le problème rapidement dans ton coin, comme par exemple :

Suppositions :

- Seulement les fenêtres d’immeubles
- Trois catégories d’immeubles
- NYC : 10 millions de personnes
- Un appartement = 3 fenêtres par personne

Catégories :

- Résidences
- Bureaux
- Commerces

Calculs :

- Résidences : 10M x 3 fenêtres par personne
- Commerces
- Bureaux
- Total

De cette façon, tu auras à la fois le temps de réfléchir de façon analytique, et de communiquer de façon claire. Et rassure-toi, tu ne perdras pas de points auprès de la personne qui te fait passer l’interview pour avoir demandé un peu de temps pour réfléchir, au contraire.

Annonce le programme

Il est temps de communiquer ton joli programme à ton interlocuteur. De cette façon, tu ne le/la perds pas en route. Tu peux dire quelque chose comme :

« Je vais résoudre ce problème en trois étapes. En premier, je vais énoncer quelques suppositions. Ensuite, je décortiquerai le problème en différentes catégories. Enfin, je ferai le calcul pour chaque catégorie, et nous aurons un total ! »

Tu permets ainsi au recruteur de suivre l’avancement de ton énoncé à chaque étape, ce qui, en bonus, renvoie une image de candidat(e) encore plus organisé(e) et analytique. Que du bon.

Liste tes suppositions

Comme on l’a dit plus haut, ce genre de question a rarement une seule réponse exacte. D’ailleurs, il est fort probable que le maire de New York lui-même n’ait aucune idée du nombre de fenêtres dans sa ville… Donc plutôt que de te retrouver embarqué(e) dans une vaine recherche de la vérité, fais simplement quelques suppositions logiques. Et ensuite (très important), nomme-les, et apporte une courte justification.

Par exemple : « Concernant les fenêtres résidentielles, je vais supposer qu’il y a 3 fenêtres par résident, parce que j’ai moi-même vécu à 2, et il y avait généralement 6 fenêtres en moyenne. Donc trois fenêtres par personne me semble une réponse correcte. »

Même si cela peut sembler assez mince comme preuve, le mot le plus important de cette phrase est le « parce que ». En effet, les gens sont plus aptes à accepter quelque chose lorsqu’il y a une justification qui suit. Et c’est tout benef pour toi, car tu auras l’air (encore plus) organisé(e) aux yeux de ton recruteur.

Décortique le problème

Ce genre de question est tellement énorme, qu’essayer de la résoudre d’un coup peut sembler ridicule. À la place, décortique-le en petites parties plus digestes. Dans notre cas, tu peux proposer ce genre de réponse :

« Les immeubles à NY sont très différents les uns des autres, je vais donc les diviser en trois catégories : les résidences, les bureaux, et les commerces. »

Désormais, cette question qui avait l’air franchement impossible est devenue quasi-envisageable… et tu peux encore une fois faire briller tes compétences analytiques, la chance !

Arrondis tes chiffres !

Oui, c’est vrai. Savoir qu’en 2013, la population New-Yorkaise s’élevait exactement à 8.406 millions de personnes pourra t’aider au Trivial Pursuit. Malheureusement, essayer de multiplier quoi que ce soit par 8.406, eh bien… C’est long, c’est pénible, et tu courrais au désastre. Alors rends-toi service, et arrondis tout ça : « Je vais dire qu’il y a environ 10 millions de personnes habitant à New York… »

Encore une fois, personne ne te teste sur ce genre de détail. Et cela t’aidera énormément pour la prochaine étape.

Fais tes calculs sur feuille

Tu pourrais être tenté(e) de faire tes calculs de tête, pour éviter de montrer à ton interlocuteur tes piètres talents en direct (poser une multiplication n’est pas une activité que tu pratiques tous les jours, avoue). Mais ce serait de la folie : personne ne peut faire 27 calculs différents, de tête, tout en obéissant aux nombreux usages à respecter en entretien… !

Alors évite-toi les Olympiades de maths, et montre chaque étape de ton travail, sur papier ou sur un tableau :

« Il y a environ 10 millions de personnes à NYC. Je vais multiplier ça par trois fenêtres (par personne) pour obtenir 30 millions de fenêtres résidentielles. Maintenant, voyons pour les bureaux… »

Ainsi, même si tu te plantes à un endroit, tu as assez de visibilité pour t’arrêter avant que ton erreur fasse un effet boule de neige et que tu te prennes une avalanche en pleine tête.

Apporte quelques nuances

T’y voilà, tu as enfin pu donner une réponse. Bravissimo ! Cependant, ne va pas croire que tout s’arrête là. Souviens-toi que ces questions ne te sont pas posées pour avoir une réponse, mais pour voir ton chemin de réflexion. Alors avant de faire un magnifique mic-drop, saisis ta dernière chance de montrer tes capacités en nuançant ta réponse :

« Voilà ma réponse. Mais je ne suis pas tout à fait satisfait(e), car j’ai complètement négligé les nouvelles tendances de la ville en matière d’architecture. J’ai supposé que tous les immeubles de la ville ressemblent à un bureau / appartement old-school typiquement New-Yorkais comme on en voit dans les films, avec relativement peu de fenêtres. Or tous les nouveaux immeubles sont entièrement vitrés, ce qui voudrait dire que mon chiffre est probablement trop bas. »

Et là, enfin, tu as terminé. Ce qui te laisse juste assez de temps pour trouver combien pèse ce fichu bus. 

Eh, pssst ! N’oublie pas de nous suivre sur Facebook, Twitter et/ou LinkedIn pour ne rater aucuns de nos articles !
Articles et jobs de reve
Technique

Développeur front-end AngularJS @Annonceur Lyonnais (H/F)

Lyon, France

Jeune Angular-Maniac en quête de challenges grand public ? Cet éditeur aux ambitions internationales n’attend que toi.

CDI Publisher 30 à 35 k€

Retournez votre appareil