Urban Linker
Seeking new talents ? Choose this profile
Marketing profile
Marketing profile
Marketing hero
Technical profile
Technical profile
Code ninja
Creative profile
Creative profile
Creative from Mars
Sales profile
Sales profile
Sales champion
All profiles
All profiles
Secret identity

How to answer brain teasers in a job interview

23.05.2018

 

  

Pour montrer ton côté curieux, commence par poser quelques questions (ça te permettra en plus d’avoir plus de matière). Par exemple, si tu es tombé(e) sur la question du nombre de fenêtres à NYC, tu peux commencer par poser la question suivante :

« Lorsque vous parlez de fenêtres, vous voulez dire : les fenêtres d’immeubles, ou vous incluez aussi les métro, ordinateurs, et les vivariums du Zoo du Bronx ? »

En plus de montrer ta curiosité, cette question peut aussi t'éviter plusieurs minutes d’angoisse : lorsque tu réalises que le recruteur parlait seulement des fenêtres d’immeubles, la question devient soudain beaucoup plus simple.

 

Il est temps de communiquer ton joli programme à ton interlocuteur. De cette façon, tu ne le/la perds pas en route. Tu peux dire quelque chose comme :

« Je vais résoudre ce problème en trois étapes. En premier, je vais énoncer quelques suppositions. Ensuite, je décortiquerai le problème en différentes catégories. Enfin, je ferai le calcul pour chaque catégorie, et nous aurons un total ! »

Tu permets ainsi au recruteur de suivre l’avancement de ton énoncé à chaque étape, ce qui, en bonus, renvoie une image de candidat(e) encore plus organisé(e) et analytique. Que du bon.

Comme on l’a dit plus haut, ce genre de question a rarement une seule réponse exacte. D’ailleurs, il est fort probable que le maire de New York lui-même n’ait aucune idée du nombre de fenêtres dans sa ville… Donc plutôt que de te retrouver embarqué(e) dans une vaine recherche de la vérité, fais simplement quelques suppositions logiques. Et ensuite (très important), nomme-les, et apporte une courte justification.

Par exemple : « Concernant les fenêtres résidentielles, je vais supposer qu’il y a 3 fenêtres par résident, parce que j’ai moi-même vécu à 2, et il y avait généralement 6 fenêtres en moyenne. Donc trois fenêtres par personne me semble une réponse correcte. »

Même si cela peut sembler assez mince comme preuve, le mot le plus important de cette phrase est le « parce que ». En effet, les gens sont plus aptes à accepter quelque chose lorsqu’il y a une justification qui suit. Et c’est tout benef pour toi, car tu auras l’air (encore plus) organisé(e) aux yeux de ton recruteur.

 

 

 

 

 
Webzine articles and dream jobs
Technique

Ingénieur Embarqué #C++ #Python #Node.js

Grenoble, France

Intégrez une startup à fort potentiel sur la région de Grenoble. Si vous aimez le côté scientifique et la possibilité de prendre part à une (...)

CDI Start-up 40 à 50 k€

Turn your tablet